DELPHINE Visuels Site AJCP - Immersion 2.png
Delphine Maynard, étudiante de la promotion 2021-2022

 Où es-tu en stage actuellement ? 

Je suis en stage chez Piwnica et Molinié, cabinet d’avocats au Conseil d’Etat et à la Cour de cassation.

 

Pourquoi as-tu décidé de réaliser ton stage là-bas ? 

Aspirant à exercer la profession d’avocat, il était évident pour moi d’effectuer un stage dans un cabinet d’avocats.

Puisque j’avais déjà eu l’opportunité d’en réaliser au sein de cabinets, il m’a semblé plus instructif de découvrir la profession d’avocat aux Conseils. Cela me permettait de diversifier mes expériences tout en maintenant un lien étroit avec mon projet professionnel.

En outre, être formée dans un cabinet aux Conseils présente de nombreux avantages puisqu’ils interviennent dans tous les domaines du droit et devant toutes les juridictions, de fond ou de cassation. Je suis donc amenée à travailler sur plusieurs matières et à des stades différents de la procédure juridictionnelle, de sorte qu’il n’est pas aisé de faire plus complet comme stage. Sans parler du fait que les dossiers qui arrivent en cassation sont, en majorité, porteur de grands enjeux et de grandes questions de droit.

Enfin, j’ai un véritable attrait pour les dossiers contentieux qui est complètement satisfait dans ce type de structure.

 

 Quelles sont tes missions ? 

 

Elles sont assez variées mais correspondent, classiquement, à celles effectuées dans tout cabinet d’avocats.

D’abord, j’effectue beaucoup de recherches juridiques, sur des points précis de droit ou sur l’évolution de la jurisprudence, véritable assise de la matière administrative. Je rédige également des notes juridiques destinées aux clients ou aux membres du cabinet. C’est un exercice essentiel qui permet de maîtriser les bases de données et approfondir sa culture juridique.

Ensuite, s’agissant des missions rédactionnelles, je rédige principalement des requêtes sommaires et des mémoires, au fond comme en cassation. Il m’arrive aussi de m’occuper de la rédaction de conventions ou d’avenants, majoritairement de représentation ou d’honoraire.

Je relis également l’ensemble des pourvois et désistements avant leur transmission aux juridictions. Cette tâche, qui peut sembler rébarbative, je le conçois aisément, est instructive dans la mesure où elle me permet de déceler les éventuelles irrégularités qui peuvent grever un acte juridique.

Un autre aspect essentiel de mes missions consiste à me rendre en audience, devant le Conseil d’Etat mais aussi devant la Cour de cassation, le Conseil constitutionnel et les juridictions du fond, tribunal administratif de Paris, de Montreuil ou encore Cour d’appel de Paris. C’est d’ailleurs un des aspects les plus formateurs de mon stage. Mon rôle est de retranscrire les conclusions des rapporteurs publics afin de faire un compte rendu au client et/ou à l’avocat correspondant. Ceux-ci doivent pouvoir suivre l’avancée de leurs dossiers et cela passe, nécessairement, par la compréhension du raisonnement du rapporteur public qui influence, pour ne pas dire révèle, le sens de la décision finale.

J’ai aussi la chance de participer aux rendez-vous clients. Le fait d’évoluer dans un cabinet aux Conseils permet d’assister, classiquement, aux rendez-vous avec les clients, demandeurs ou défendeurs, mais également avec les avocats correspondants. Il s’agit des intermédiaires qui ont instruit le dossier devant les juridictions du fond. Ces échanges sont souvent nourris et très formateurs.

 

 Quelles sont les matières que tu abordes le plus ?

 

L’un des intérêts à réaliser un stage dans un cabinet aux Conseils est la diversité des dossiers qui y sont traités et des matières qui sont abordées. Je fais partie du pôle droit public mais j’assiste régulièrement à des rendez-vous clients en matière civile et suis au fait de la procédure devant le juge judiciaire. Il peut même m’arriver de seconder le pôle droit privé enseveli sous la rédaction de mémoires en radiation.   

Au sein du pôle de droit public, je suis chargée, de manière récurrente, des dossiers en droit de la commande publique, en droit de l’urbanisme et en droit de la santé. De manière plus accessoire, j’interviens sur des dossiers en matière de droit fiscal, de droit des étrangers et de droit de la fonction publique.

Je recommande ainsi vivement ce type de structure aux étudiants qui n’ont pas encore d’idées arrêtées quant à leurs domaines d’exercices ou à ceux qui sont curieux de découvrir de nombreuses matières.

En quoi ce stage complète-t-il ta formation au sein du M2 Contentieux Public ?

Il m’a permis de mettre en pratique les enseignements théoriques dispensés par le M2 Contentieux public, de compléter mes connaissances juridiques et de me familiariser avec la procédure administrative contentieuse et l’exercice concret de la profession d’avocat. Parallèlement, ma formation universitaire m’a permis d’appréhender plus sereinement les dossiers que j’ai eu à traiter au cabinet. Le cumul entre formation à l’université et stage de longue durée est le meilleur moyen pour se préparer à entrer dans la vie professionnelle.

Ce stage te conforte-il dans ton projet professionnel ? 

 

Complétement ! Il confirme mon souhait d’exercer la profession d’avocat et me permet de garder à l’esprit l’existence de celle d’avocat aux Conseils.