En tete Immersion_3.png
Irène Gay, étudiante de la promotion 2021-2022

 Où es-tu en stage actuellement ? 

Je suis en stage à la Direction des affaires juridiques (DAJ) de la Ville de Paris, au Bureau du droit public général (BDPG).

 

Ce bureau est en charge de toutes les questions de droit public à l’exception des domaines des marchés publics, de l’urbanisme et de l’environnement, qui relèvent de bureaux spécifiques.

 

Comme tous les bureaux de la DAJ, il a deux missions principales : répondre aux demandes d’avis juridiques et assurer la défense contentieuse de la Ville de Paris.

Pourquoi as-tu décidé de réaliser ton stage là-bas ? 

Je tenais absolument à réaliser mon stage de fin d’études en administration, pour me faire une première idée concrète de ce milieu avant de préparer les concours de la fonction publique.

 

La Ville de Paris dispose d’une structure administrative très importante et d’un champ de compétence large et diversifié qui me semblait en faire un lieu de stage très motivant. Le régime spécifique de la capitale, collectivité territoriale à statut particulier, m’avait également intéressée et j’y avais consacré un mémoire de recherche l’an dernier.

 

Comme collectivité territoriale, la Ville de Paris porte des projets et des décisions qui concernent souvent très directement celles et ceux qui y habitent et/ou y travaillent. J’apprécie de pouvoir en retrouver des échos concrets dans la vie de tous les jours, comme lorsque je me promène dans la rue.

 Quelles sont tes missions ? 

 

Mes missions sont principalement contentieuses : je rédige des mémoires en défense dans le cadre des requêtes contre la Ville portées devant le Tribunal administratif de Paris.

 

Je suis également associée au traitement de certaines demandes d'avis juridiques dont nous saisissent les autres services de la Ville de Paris.

 

On m’a également chargé de préparer certains documents à vocation interne, des travaux d’analyse et de documentation à destination du BDPG.

 

 Quelles sont les matières que tu abordes le plus ?

 

Grâce à la diversité de l’activité du BDPG, je peux aborder des matières assez différentes.

 

On m’a confié un certain nombre de questions relatives à la police municipale et notamment à propos de la police de la circulation. Ce sont des sujets qui reviennent régulièrement, puisque les politiques publiques de la Ville de Paris se sont énormément emparées des enjeux de la circulation.

 

Je traite aussi de dossiers de domanialité. La Ville connaît notamment un contentieux très important – et qui ne va que croître avec le retour des beaux temps – relatif à l’occupation du domaine public par les terrasses des cafés, bars et restaurants. Les commerçants peuvent en effet contester les décisions de la Maire de leur refuser ou retirer une autorisation d’installation de terrasse, tout comme les titres de recette émis en vertu de la redevance domaniale due à la Ville.

 

La troisième matière que je rencontre le plus est sûrement celle de la responsabilité administrative.

 

Mais je découvre également grâce à ce stage des sujets qui m’étaient encore inconnus, comme l’organisation des marchés alimentaires de quartier ou la réglementation applicable à la préparation des prochains Jeux Olympiques !

En quoi ce stage complète-t-il ta formation au sein du M2 Contentieux Public ?

Le Master 2 Contentieux public, et toute notre formation universitaire, nous permettent d’acquérir à la fois des connaissances fondamentales et une méthode de réflexion et de recherche.

 

C’est un bagage qui m’est utile tous les jours dans la pratique professionnelle, qui nécessite ensuite des recherches souvent bien plus approfondies pour répondre aux questions qui me sont posées.

Ce stage te conforte-il dans ton projet professionnel ? 

 

Oui, sans aucun doute. Ce stage ne fait que renforcer ma volonté d’exercer en tant que juriste en administration.

L'AJCP souhaite un très bon anniversaire à Irène qui soufflera sa 23e bougie au jour de la sortie de cet article, le 13 mai 2022.