En tete Immersion_4.png
Leila Sayegh, étudiante de la promotion 2021-2022

 Où es-tu en stage actuellement ? 

Je suis en stage au sein de la Direction des affaires juridiques (DAJ) du ministère de l’Économie, au bureau du conseil aux acheteurs publics, lequel fait partie de la sous-direction de la commande publique. Ce bureau exerce une mission de conseil et d’expertise auprès des acheteurs publics en matière d’application des règles de la commande publique.

Pourquoi as-tu décidé de réaliser ton stage là-bas ? 

Ayant été admise à l’examen du CRFPA cette année, je tenais particulièrement à effectuer mon stage de fin d’études en administration centrale avant de consacrer mes prochaines années à divers stages en cabinets d’avocats et en juridiction. Je pense qu’il est très important de diversifier ses expériences professionnelles afin, d’une part, de se conforter ou au contraire de remettre en question son projet professionnel et, d’autre part, d’affiner ses connaissances et son approche du droit. Mon appétence pour le droit public des affaires a motivé ma volonté d’intégrer la DAJ de Bercy, et plus particulièrement le bureau Conseil aux acheteurs, lequel joue non seulement un rôle clé en matière de conseil juridique auprès des acheteurs publics, mais également un rôle quasi-doctrinal en matière de commande publique. En effet, l’interprétation que le bureau donne sur différents textes par le biais de ses avis et de ses consultations exerce une influence importante auprès des acheteurs et des directions des affaires juridiques des autres ministères.

 Quelles sont tes missions ? 

 

Les tâches qui me sont confiées sont similaires à celles des consultants juridiques du bureau. Je suis principalement chargée de réaliser des consultations juridiques à l’attention des acheteurs publics, qui peuvent prendre la forme de réponses courtes à des questions précises relatives à l’application de textes ou de réelles consultations en réponse à des saisines hiérarchiques, lesquelles sont généralement plus longues et développées et donnent lieu à différentes réunions avec les personnes à l’origine de la saisine. Je suis également chargée de concevoir ou de mettre à jour certaines fiches techniques de la DAJ qui sont publiées sur le site internet du ministère ou encore de rédiger des veilles juridiques qui sont publiées dans la Lettre de la DAJ, laquelle offre un panorama de l’actualité juridique deux fois par mois.

 Quelles sont les matières que tu abordes le plus ?

 

Comme le nom de la sous-direction dans laquelle je travaille l’indique, les sujets traités relèvent tous du droit de la commande publique. Il arrive cependant que certains dossiers fassent appel à d’autres matières, notamment à la domanialité publique, à la responsabilité administrative, au droit du travail, au droit de l’environnement, au droit fiscal ou encore au droit des transports. 

En quoi ce stage complète-t-il ta formation au sein du M2 Contentieux Public ?

Cette expérience m’a permis de développer des compétences nouvelles en matière de commande publique et de réellement approfondir les notions étudiées au sein du Master 2 Contentieux public. Elle m’a permis de réaliser que l’importance des enseignements théoriques dispensés à l’Université ne se trouve pas nécessairement dans l’exhaustivité des notions étudiées mais surtout dans les fondamentaux et dans le raisonnement juridique qui nous sont inculqués, lesquels nous permettent par la suite de traiter à peu près n’importe quelle problématique de droit public, même en l’absence de connaissances précises sur le sujet donné.

Ce stage vous conforte-t-il dans vos projets professionnels ? 

Ce stage m’a effectivement confortée dans mon envie d’exercer en tant qu’avocate, en ce que ce métier permet à la fois de se prêter à l’exercice de la consultation juridique qui m’a tant plu au sein de la DAJ et à la fois d’aborder l’aspect contentieux des différents dossiers traités, ce dernier point étant particulièrement important à mes yeux. Cette expérience extrêmement positive au sein du bureau Conseil aux acheteurs m’a permis de confirmer mon intérêt pour le droit public des affaires et mon envie de pratiquer cette matière sous l’angle du conseil et contentieux en tant qu’avocate.